Sunday, May 19, 2013

UNE NOUVELLE FORME DE PROSTITUTION ... AUX PHILIPPINES !


La Prostitution aux Philippines est illégale !

Oui, vous avez bien lu la prostitution est illégale, c’est un crime aux Philippines et les conséquences peuvent aller jusqu’à l’emprisonnement à vie pour ceux qui sont impliqués dans le ‘’trafic  de la chaire humaine’’ (souteneurs, intermédiaires, rabatteurs, etc. que l’on nomme ici Mamasan ou Papasan, voire Pimps).

Il y a, à ce jour, une poignée d’étrangers qui pourrissent dans des prisons philippines, principalement pour avoir tenu des business de cyber sexe. Je présume qu’ils n’avaient pas assez arrosé ou pas les bonnes personnes. D’un autre côté, ne faut-il pas, de temps en temps faire un exemple ?

Ne vous inquiétez tout de même pas trop, dans l’éventualité ou vous feriez appel aux services d’une de ces demoiselles. Sauf à faire complètement  l’idiot, il ne devrait rien vous arriver.


Ne ramassez jamais une fille dans la rue, là vous prendriez des risques inutiles et la petite affaire pourrait très mal se terminer pour le ‘’Kano ‘’ que vous êtes. 

Néanmoins, comme dans toute l’Asie du Sud-est, le marché de la prostitution, bien qu’illégal, est très florissant. Wikipedia nous donne le chiffre (2009) de 800.000 prostituées femmes aux. Philippines, dont un certain nombre seraient des mineures. Personnellement, connaissant un peu les dessous des cartes, je pousserais volontiers ce chiffre jusqu’à un million … et plus.


Pourquoi ?  Je vous explique.

Aux Philippines, l’on trouve des prostituées femmes principalement dans :
- Des maisons closes, que l’on nomme ici ‘’Casas’’,
- Des bars et Karaoke bars, (également connus sous le nom de KTV’s),
- Des salons de massage,
- Des services d’Escort,
- Dans certaines rues, mais peu nombreuses. 

A ma connaissance, mais je ne connais pas tout, les Casas sont en relativement petit nombre, regroupées dans certains quartiers de Manille, de sa périphérie et dans les plus grandes villes du pays.

L’alternative de la ‘’Casa’’ étant souvent un bar/videoke auquel est accolé une sorte de motel / mini-hôtel. 

Les bars et Karaoke bars sont pléthore, chaque petit village, même le plus petit, en compte un ou deux, parfois plus. Le Karaoke bar, je dirais que c’est l’épine dorsale du phénomène sur l’archipel.


A noter toutefois que, sauf à de rares exceptions près, il s'agit d'une prostitution volontaire, une prostitution économique. Peu de jeunes filles et femmes sont forcées d'entrer dans ce business. Nous sommes loin de la notion d'abattage. C'est, la plupart du temps, en toute connaissance de cause que certaines Pinay se lancent dans l'aventure, souvent pour des périodes courtes, voire très courtes, pour des périodes de crises ... majoritairement économiques.

Les salons de massage et Escort Services ne se trouvent que dans les villes d’une certaine importance. Si nous avons quelques Karaoke bars, même à Ternate, la ville ne possède ni Escort services, ni Salons de massage et encore moins de ‘’Casas’’.

Dans certaines rues, à certains endroits, dans les villes déjà importantes.
Cela n’existe pas à Ternate, 22.000 habitants, ni à Maragondon une ville qui compte 35.000 âmes.

Par contre, Naïc, ville de 100.000 habitants, située à dix kilomètres de Ternate, compte une quinzaine à une vingtaine de demoiselles de la nuit, qui sont des permanentes de la rue, plus quelques outsiders.

Ceci c’est la partie visible, mais il y a la partie qui reste dans l’ombre, celle que les touristes ne découvriront jamais, cette partie des Queridas, des occasionnelles, des opportunistes, des écolières et étudiantes, des filles mères, etc.   

Le tourisme sexuel, qui existe il ne faut pas se voiler la face, ne représente que la partie immergée de l’iceberg, la partie visible du phénomène. Ce tourisme se cantonne dans quelques endroits bien spécifiques du pays ; nous pouvons principalement citer Angeles City, Olongapo et Subic, Cebu City, Manille avec Burgos street et Pasay, dans une moindre mesure Davao City, Boracay, Puerto Galera … et c’est à peu près tout. 

Faisons une estimation des ‘’demoiselles’’  que l’on peut trouver dans ces endroits.

Comptons deux cents bars sur Angeles City, une moyenne de cinquante hôtesses par bars et nous arrivons à 10.000. Je suis certains qu’elles sont beaucoup moins nombreuses sur Olongapo et Subic, mais ajoutons 10.000 pour faire bonne mesure, plus le même nombre que nous ajoutons sur Manille et peut-être 5.000 sur Cebu City, notre total est égal à 35.000.

Ajoutons 2.000 sur Davao City et quelques douzaines sur Boracay et Puerto Galera. Ajoutons encore quelques bars ici ou là où passent plus ou moins régulièrement des touristes étrangers et le grand total ne doit pas dépasser les 40.000.


Oui mais le nombre donné par Wikipedia est de 800.000 et ce en 2009, à mon avis il dépasse largement le million. Donc en réalité le tourisme sexuel serait inférieur à 4 % !

Donc qui sont les principaux clients de ces dames, demoiselles, jeunes filles et femmes et ce à au moins 96 % ?

Les locaux, les Philippins eux-mêmes.


Comme tous les asiatiques le Philippin adore aller se défouler dans les Bars Videaoke boui-boui qui pullulent sur l’archipel. Les plus riches ont tous leur ou leurs queridas (maitresses) qu’ils installent dans des appartements, qu’ils entretiennent et à qui ils font des enfants … illégitimes.

De celui qui a le plus petit revenu, comme un conducteur de tricycle pour prendre un exemple, à celui qui a un salaire plus élevé, comme un employé de BPO, tous vont une ou plusieurs fois par mois aller boire et pousser la chansonnette en compagnie de GRO dans un de ces innombrables endroits que l’on nomme Restaurant, bar, KTV’s.

GRO pour Guest Relation Officer, la demoiselle de service.
Ne vous inquiétez pas elles sont plusieures, souvent très nombreuses.

A ce sujet, il se pourrait que ce phénomène de société trouve ses origines dans la famille philippine elle- même. Malgré ses air de ‘’Macho’’, de mâle dominant et de conquérant, le Philippin n’a souvent qu’un rôle secondaire au sein de la famille. C’est un système matriarcal qui prédomine, ici c’est la femme qui commande, même si cela ne semble pas évident au premier abord.

Il faut voir, principalement les samedis et dimanches soirs, mais également durant les fiestas, les épouses légitimes aller ‘’récupérer’’ leurs époux dans les lieux de perdition. 

Et s’est souvent qu’elles les ramènent par le bout du nez ou des oreilles, quand elles ne tapent pas carrément dessus.

Ayant quand même pas mal fréquenté les bars / KTV’s, parfois en compagnie d’hommes philippins, parfois simplement en observant leur comportement, je peux vous dire que nombreux sont ceux qui ne pensent qu’à humilier la ou les jeunes femmes qui leur tiennent compagnie.


Tout d’abord, ils vont leur payer un verre, ce que l’on nomme ici LD pour Lady Drink. Puis ils vont les faire chanter, en choisissant la plupart du temps la chanson qu’ils souhaitent écouter, béatement en sirotant leur verre de bière ou d’Imperador.

Puis ils vont commencer à leur tenir des propos salaces, parfois avec des mains baladeuses. Ils vont également chanter, là va pouvoir ressortir leur côté ‘’Macho’’.

Généralement le Philippin ne chante pas trop mal, au début de la session d’alcool tout du moins.

Dans la majorité des cas, la qualité du chant va être inversement proportionnelle à la quantité de bière ingurgitée. Il n’est pas rare qu’un chanteur ‘’out of mind’’ se fasse tirer dessus au colt 45 dans le cas d’une prestation désastreuse, principalement s’il essaie d’interpréter ‘’My way’’. 

Certains essaient de saouler leur compagne d’un soir, d’autres vont l’emmener pour un ST (pour Short Time), mais dans la majorité des cas ils se comportent comme des goujats avec ces jeunes filles et femmes. 

A mon avis, j’en ai discuté ouvertement avec certains d’entre eux, ils se vengent,  inconsciemment  la plupart du temps, du rôle subalterne qu’ils jouent au sein de la famille. Ils souhaitent ainsi échapper à la domination inconditionnelle de la gent féminine au sein de la cellule familiale.

Ils essaient, par ce comportement, de se soulager du poids pesant du joug de l’épouse qui pèse sur leurs nuques.


Puis il y a ce dont je souhaite vous parler aujourd’hui, mais qui fera l’objet d’un second chapitre.

C’est un phénomène qui n’est pas nouveau, pourtant il semble, ici aux Philippines, prendre des proportions inquiétantes et alarmantes.

Comme je vous en ai informé à de nombreuses reprises, les Philippins, mais encore plus les Filipinas sont les champions du ‘’texto’’, du SMS, du message envoyé de cellphone à cellphone, de portable à portable. Partout où que vous alliez, vous ne verrez que cela, des jeunes filles et jeunes femmes pianotant sur le clavier de leurs cellphones. Particularité, elles tiennent le portable avec les deux mains, un peu comme un missel et pianotent avec deux doigts, un de chaque main, en général les pouces.


Que ce soit en marchant, assise par terre ou sur un banc, dans les transports en commun, à l’arrière d’une motocyclette, sur les bancs de l’école, à la maison, dans les magasins, la Pinay n’arrête jamais de pianoter. Elle échange des messages avec des copains, la famille, le plus souvent avec des copines. Et puis parfois …

Je faisais le parallèle avec le Cambodge et je vais, dans la seconde partie de ce post, vous parler de ce qui se passe dans ce pays avant de revenir à ce qui se passe de nos jours aux Philippines.

Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.


www.touretvoyagesauxphilippines.blogspot.com

Chaque jeudi de 18 à 20 h, 12 à 14 h  en Europe sur Yahoo Messenger :
Pseudo < dtesteil >

Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.

Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres 
de côtes,des  milliers de plages de sable blanc, 
le soleil toute l’année ; des montagnes qui culminent 
à plus de 3.000 mètres,la jungle, les forêts, 
des paysages grandioses.
Une population chaleureuse et accueillante, 
des tribus colorées.Un excellent service de santé 
à un prix abordable. Le coût de la vie,un des plus bas 
au monde; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.
                           

Plus d'information sur la page ''livres''.


Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,




S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.

Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines






Post a Comment