Thursday, January 17, 2013

ENCORE PLUS DE CORÉENS ... AUX PHILIPPINES !


Au sujet des Coréens et de leur présence de plus en plus visible sur l’archipel.


J’ai trouvé que mon post sur ‘’Des Coréens aux Philippine’’ n’était pas assez complet, pas assez fouillé, je vous livre donc ici quelques informations complémentaires.

Je vais employer dans ce post, Corée et Coréens pour parler de la Corée du Sud et bien évidemment des Sud Coréens. 


Effectivement ils arrivent par charters entiers ; pour apprendre l’anglais, mais également attirés par l’attrait de la ‘’Pinay’’. Heureusement ils se cantonnent pour l’instant dans les grandes villes, ainsi que sur les quelques lieux de perdition du pays. Angeles City, Boracay, Pasay, Malate ...

Ne vous inquiétez pas, ils ont leurs bars, leurs restaurants, souvent leurs hôtels et ne se mélangent pas trop. Néanmoins, en quinze ans j’ai pu les voir envahir de plus en plus d’endroits.

Ils ont peu à peu remplacés les Japonais qui, du fait entre autres d’un Yen en perte de vitesse, avaient tendance à déserter.


Je me suis intéressé de savoir quand sont arrivés ces Coréens aux Philippines.

En fait cela est très récent.
Si l’on met à part : quelques individus qui comme Jang Bango sont arrivés au 8ème siècle ; quelques soldats arrivés avec l’armée impériale japonaise qui ont fait souche et une trentaine de femmes coréennes mariées à des soldats philippins engagés dans la guerre de Corée au début des années 50, cette arrivée massive date du début des années 80.

Avec la croissance de l’économie sud coréenne, de nombreuses entreprises se sont délocalisées sur d’autres pays dont les Philippines. Les salaires devenant trop élevés en Corée, ils sont venus fabriquer ici où le coût de la main-d’œuvre y était meilleur marché.
De ce fait des chefs d’entreprises, des personnels d’encadrement de grosses et de petites entreprises, sont venus s’installer avec leurs familles aux Philippines.

Une autre vague de migration date des années 90 avec l’arrivée de Businessmen, non plus seulement dans la production manufacturière, mais également dans l’import-export, la construction, la restauration, etc.

A la fin des années 90, début des années 2000, du fait de l’assouplissement des formalités pour la délivrance de visas étudiants, ces derniers commencent à affluer sur les îles.

Au début des années 2000, les Philippines ont commencé à devenir un point de transit pour les réfugiés nord coréens ; ceux qui quittaient la Chine afin de rejoindre la Corée du sud.
Environ 500 transiteraient ainsi par les Philippines chaque année.


Bon, maintenant que vous savez quand ils sont arrivés, intéressons nous à combien ils sont.

Il y aurait environ 100.000 Coréens résidents permanents aux Philippines.
Chaque mois en voit arriver plus de 1.500 de moins de 20 ans qui viennent sous visa étudiant.

En mars 2011, il y avait 26.830 étudiants Coréens qui disposaient d’un permit spécial afin de s’inscrire pour des études de courtes durées dans les universités locales.

Les écoles de langue anglaise tenues par des Coréens poussent comme des champignons.
De novembre 2008 à avril 2010, 128 Coréens ont profité du Special Visa for Employment Generation, un visa qui permet à un étranger et à sa famille de séjourner aux Philippines, à la condition de créer dix jobs permanents pour des travailleurs philippins. Ils ont créé des écoles de langues à Manille, Baguio City, Cebu City et Davao City. Il existe également un grand nombre d’écoles illégales qui ne possèdent pas de permis de travail ou de licence.

D’autres sont attirés par le pays pour y apprendre l’espagnol. Environ 7.000 d’entre eux sont passés par l’Institut Cervantès de Manille.


Où sont-ils ?

On les trouve principalement sur Metro Manila, la plus large population coréenne des Philippines avec 39.000 personnes. Les plus larges concentrations se trouvant sur Manila proper, Quezon City et Makati.

Les résidents locaux disent qu’une porte sur cinq ou six, à BF Homes dans la ville de Parañaque, à un business coréen derrière la porte. Restaurants, agences de voyages, salles de Taekwondo,  électroménager et électronique de seconde main, etc.

La plus connue des Koreantowns se trouve à Makati, dans le Barangay Poblacion.
A Quezón City, the Kalayaan Plaza Building possède de nombreux business coréens, des appartements et même une église. Il y a cinq ou six églises coréennes à Manille.


Baguio

Il y avait 8.886 Coréens à Baguio en 2011.

Ils viennent principalement à Baguio pour deux raisons : la réputation de cette ville, la capitale du nord pour l’éducation, avec un bon standard local pour le parlé de la langue anglaise et le climat qui y est plus clément, ceci du fait de sa localisation en altitude.

A la fin des années 1990, il n’y avait qu’un seul restaurant et un salon de coiffure tenus par des coréens. Puis sont arrivés des retraités et ensuite des étudiants.
En 2008, du fait de la crise économique mondiale et de l’augmentation conséquente du coût de la vie, il s’est avéré que des milliers de Coréens avaient quitté Baguio. 
La population locale coréenne passant de plus de 10.000 à moins de 4.000.


Des Missionnaires Chrétiens, en provenance de Busan et D’Incheon, sont également arrivés pour construire des églises.

Baguio serait la deuxième plus grande communauté coréenne aux Philippines. 

Comme j’ai pu le constater dans d’autres villes, l’intégration de ces immigrants au sein de la population locale, ne se passe pas pour le mieux. La population locale reprochant plus particulièrement aux Coréens de travailler illégalement. 

D’après la municipalité de Baguio il n’y aurait que dix Coréens à avoir un permis de travail ! Nombreux sont ceux qui travailleraient illégalement, en violant les lois qui n’autorisent pas les étrangers à travailler dans certains secteurs et en sous payant la main d’œuvre locale. Autre sujet de friction, ils sont extrêmement bruyants.


Reste de Luzon

D’après les statistiques, 25.000 Coréens vivent dans d’autres lieux sur Luzon, principalement sur Clark et Subic, les anciennes bases américaines transformées en zone franches.

Entre Porac et Angeles City, de nombreuses résidences situées dans des subdivisions, sont entièrement occupées par des Coréens. Ceux-ci travaillant dans les usines installées dans les zones franches. Le Hanjin Group a un projet de construction d’un chantier naval de plus d’un milliard de dollars d’investissement (Subic). En 2013, le Groupe devrait embaucher 5.000 employés philippins supplémentaires. Bienvenue les Coréens.

Néanmoins, leurs investissements ont provoqué une controverse environnementale, plus spécialement avec la construction d’un condominium de 20 millions de dollars pour leurs cadres ; condominium qui se situe dans la Subic Watershed Forest Reserve, terre ancestrale et habitat des tribus Aeta.

Les investisseurs coréens sont également en train de construire un complexe industriel et touristique de $20 millions à Pangasinan. D’autres investisseurs, toujours Coréens, sont intéressés à créer des Spas, des Night Clubs, des hôtels et des parcours de golf.

Le gouvernement local de Laoag, dans le nord-ouest de Luzon, souhaite avoir des vols directs avec la Corée. Ceci afin d’éviter aux touristes d’avoir à passer par Manille, puis à reprendre un vol en direction du nord. 

La Korea Overseas Grain Investment and Development Company souhaite investir $12 dans une plantation de Maïs à Mallig dans la province d’Isabella.


Cebu

Cebu est une destination privilégiée pour les touristes coréens et certains s’y sont installés en permanence.

Dès 2005, des investisseurs coréens ont commencé à louer de vieux buildings dans le centre de la ville. Ils ont ainsi fait revivre certains quartiers, comme ils l’ont fait sur Avenida ou le District d’Escolta à Manille. A la fin de l’année 2007 l’on estimait leur nombre à 13.000 résidents ; 200 d’entre eux étant propriétaires d’un business, ceci  dans différentes villes de l’île de Cebu.

Ils étaient 16.433 à la fin de l’année 2011.

Le nombre d’étudiants Coréens  représente le plus grand groupe d’étudiants étrangers aux Philippines. Pour pouvoir comparer, il faut savoir que le deuxième groupe de ces mêmes étudiants, qui eux viennent du Japon, est vingt fois moins important que le groupe coréen.
Un étudiant japonais pour vingt étudiants coréens.

L’arrivée de plus en plus massive de touristes coréens à Cebu fait que des groupes coréens investissent maintenant dans des resorts et des facilités de logements. Il y a un projet de construction, toujours par les Coréens, d’une centrale électrique à Naga.

En 2011. Il a été annoncé que le gouvernement de la ville de Cebu entendait célébrer un jour national coréen chaque année en octobre, ceci afin de remercier les résidents et les touristes coréens pour leur contribution au développement de l’île.


Iloilo

Il y aurait environ 2.000 Coréens installés à Iloilo et la ville voit passer entre 20 et 25.000 touristes chaque année.


Negros

Il y a environ 1.000 Coréens, principalement installés à Bacolod City.
Les touristes de ce pays représentent le plus grand groupe de touristes étrangers visitant cette région. 


Davao

Environ 2.700 Coréens vivaient à Davao en 2011.
Ce n’est que depuis le milieu des années 2000 que la présence des Coréens à commencée à être visible.

Ils ont principalement investi dans la restauration, l’immobilier, l’hôtellerie, dans des écoles de langues et des parcours de golf.

D’autres investissements sont en projet, dont un parc industriel orienté vers l’exportation. 
Attirer les industriels japonais et coréens dans cette partie du pays qui n’est pas encore développée,  ni industrialisée.

 Ils ont même créé  une Chambre de Commerce.  

Conjointement, Coréens et Japonais ont construit des résidences pour leurs retraités à Davao City, il y a des projets d’expansion.
Ils s’intéressent également au riz, aux fruits et légumes, aux véhicules de seconde main, à la transformation de la noix de coco, etc.  

Donc, l’on peut constater que les investisseurs coréens s’intéressent de plus en plus aux Philippines et que de nombreux projets d’investissement sont à un stade plus ou moins avancé dans les négociations.


La communauté coréenne expatriée aux Philippines est la plus importante Diaspora de ce pays en Asie du Sud-est, devant le Vietnam et elle est la huitième au monde.

Par contre et ce qui dans un sens n’est pas étonnant, leur intégration ne se passe pas très bien.

Je dirais même qu’il y a des heurts, des conflits culturels, les populations locales leur reprochant un certain nombre de choses.  
On leur reproche en particulier : de fumer dans les lieux publics, de faire illégalement du business, d’être particulièrement arrogants, de ne pas respecter les femmes, de sous-payer leurs employés philippins, etc.


Religion

Les églises Chrétiennes coréennes de Manille et de quelques autres grandes villes, servent de centres religieux ainsi que pour des activités sociales, exclusivement réservées à la communauté.
Ces églises sont largement de tendance protestante, plus spécialement Presbytériennes.
Les messes prières et chants, accompagnés à la guitare électrique et à l’orgue, sont considérés comme trop bruyants par les Philippins. 

Quelques effets négatifs sur les relations diplomatiques Filipino-Coréenne sont apparus lors de messes de mariages organisées par The Unification Church, l’église (secte ?) de Moon.

Les expatriés Coréens fournissent un influx non négligeable à l’économie locale.
L’on estime qu’ils dépensent entre $800 et $1.000 millions par mois en biens de consommation, plus d’un milliard par an qui sont injectés dans l’économie locale.

Depuis les années 90, une certaine influence coréenne se fait sentir sur la population philippine.
Les télénovelas, ces feuilletons coréens à l’eau de rose, la pop musique, la mode, les véhicules automobiles comme Kia et Hyundai, plus le Pang- Gangnam style dont la musique passe ici à longueur de journée.


Même si les Coréens continuent à être perçus comme un groupe proche par les locaux, les stéréotypes abondent de part et d’autre. Remarques acerbes des Philippins à l’encontre des Coréens pour leur pauvre anglais, leur manque de sang froid et de retenue, leur tempérament, leur façon brutale de management, tandis que les Coréens se plaignent du manque de ponctualité, de la corruption, de l’abus des agences gouvernementales.

Il existe également une sorte d’étonnement de la part des locaux de voir arriver des migrants d’un pays riche … dans un pays pauvre. Alors qu’eux ne pensent qu’à une chose, aller vivre et travailler abroad, si possible dans un pays développé.

Un autre point qui aurait tendance, pour ne pas dire plus, à fâcher les Philippins, l’arrivée en nombre grandissant de Coréens venant faire du sexe tourisme.

Ce qui a eu comme résultat la naissance de plus de 10.000 petits enfants métis, non désirés par les mères et qui ne peuvent obtenir la nationalité Coréenne, leurs parents n’étant pas mariés.

La plus grande concentration de ces enfants se trouve à Quezón City. L’on estime que 85 à 90 % des mères de ces enfants travaillent dans des bars ou des maisons closes destinées aux étrangers … Coréens. Ces enfants sont appelés Kopinos ou Korinoy en slang philippin.

Une situation similaire existe avec plus de 50.000 enfants issus de pères américains et que l’on nomme Amérasians. Eux non plus ne peuvent obtenir la nationalité américaine.
Les touristes sexuels japonais ont également laissé pas mal de traces.

Bien que des NGO Sud Coréennes tentent de porter assistance à ces enfants et à leurs mères, le fait que le nombre de touristes sexuels Coréen soit en forte augmentation, fait que la perception des hommes coréens par la population locale n’est pas des meilleurs. La situation aurait même tendance à se détériorer.

D’un autre côté les Coréens sont le premier groupe de touristes étrangers à venir aux Philippines. Ces touristes représentent plus de 25 % de la totalité des touristes étrangers qui arrivent sur l’archipel. Ils auraient été plus d’un million à visiter le pays en 2012.

C’est en 2006 que les touristes coréens, avec 570.000 arrivées, ont détrôné les Américains de leur première place concernant  le nombre de touristes arrivants aux Philippines (par nationalité). A ce jour les Américains se trouvent en deuxième position avec 19 % du total des arrivées sur l’archipel.

L’accroissement spectaculaire du nombre de touristes Coréens arrivant aux Philippines se reflète dans le nombre de liaisons aériennes entre les deux pays.
En 2007, Korean Air, Asiana Air et Philippines Airlines offraient chacun un vol journalier entre Manille et Séoul. Donc trois vols par jour dans chaque sens.
En 2012, l’on comptait une moyenne de vingt-trois vols journaliers qui reliaient différentes destinations entre les deux pays.

En comparaison il y aurait entre 12 et 15.000 Japonais sur l’archipel ; mais également 120.000 descendants ayant au moins un parent japonais.

Si l’on m’avait posé la question de savoir s’il y avait plus de Japonais que de Coréens vivants aux Philippines, j’aurais répondu sans hésiter : « les Japonais sont les plus nombreux », comme quoi on peut facilement se tromper !


Qu’auriez-vous répondu ?  

Vos expériences avec la communauté Coréenne vivant aux Philippines nous intéresse, merci de laisser un commentaire sur ce blog.



Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d'habitude sont les bienvenus.







Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 
Chercher Trouver et Marier une Pinay,


S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.

Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.
Plus d’information sur la page ‘’livres’’






Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 



Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’








 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines








Post a Comment